Ibiza, son patrimoine, sa culture

brigitte-bardot-to-ibiza
Brigitte Bardot
albert-camus-l-envers-et-l-endroit-to-ibiza
Albert Camus
gina-lollobrigida-to-ibiza
Gina Lollobrigida
freddie_mercury_performing_in_new_haven_ct_november_1977
Freddy Mercury

Le mythe d'Ibiza

La véritable magie du patrimoine Ibicenco repose essentiellement sur son passé fascinant habité par différentes civilisations. Le XXe siècle est une période dans laquelle une identité s’est forgée, notamment grâce aux nombreuses célébrités et autres intellectuels qui y ont trouvé leur havre de paix et criés haut et fort leur amour pour Ibiza.

Dans les années 30, l’île est devenue une destination de paix, coupée du stress naissant dans l’Europe intramuros. Les artistes y trouvaient un refuge et beaucoup d’allemands et d’autrichiens fuyaient le régime nazi pour se construire une nouvelle vie et trouver de nouveau l’inspiration dans ces espaces primitifs. Raoul Hausmann, célèbre photographe autrichien qualifiait l’île de « l’endroit idéal pour travailler », ainsi que Walter Benjamin, ce philosophe allemand qui disait « qu’il était difficile pour lui de trouver un autre endroit où vivre après avoir connu un tel paradis qui offrait de si belles conditions de vie et des paysages coupant le souffle. »

Albert Camus, célèbre prix Nobel de littérature, avait l’habitude de s’asseoir à la terrasse d’un café sur le port d’Ibiza tous les jours, ce qui a notamment été d’une grande inspiration pour le livre « l’envers et l’endroit » en 1937.

Grands nombres d’artistes tels que Truman Capote, la célèbre Esmeralda Gina Lollobrigida, l’emblématique Brigitte Bardot, le réalisateur et scénariste Roman Polanski, ou encore le chanteur Freddy Mercury et bien d’autres sont tombés sous le charme Ibicenco, nous y reviendrons dans certains de nos articles de blog. Pensez du reste à vous abonner.

Les années passent, mais le mythe ibicenco reste intact.

Ibiza, biodiversité et culture

Mais avant d’être célèbre grâce aux personnalités visitant ce paradis terrestre régulièrement, Ibiza est avant tout une île avec une culture méditerranéenne atypique et riche d’un patrimoine mondial et protégé.

Dalt Vila (Ville haute)

Dalt Vila (Eivissa)
Dalt Vila (Eivissa)

Le comité de l’UNESCO a déclaré en 1999 que les murs de la vieille ville seraient considérés dès lors comme une cité à préserver due à sa grande identité historique. D’origine phénicienne, et en plein cœur de la méditerranée, cette ville fortifiée est un modèle en matière de défense côtière.

Créée à l’époque médiévale, et fortifiée lors de la Renaissance, ces murailles antiques ont été construites au XVIe siècle sous l’empire de Charles Quint afin de se protéger des attaques turques. Il leur a fallu 40 années pour mener à terme ce projet.

unesco-logo-400x200

Les nécropoles phéniciennes

Sa Caleta
Sa Caleta

L’UNESCO a également préservé les installations phéniciennes à « Sa Caleta », la nécropole de « Puig des Molins » et autres parcs naturels et espace maritimes telle que le joyau de la mer Méditerranée la « Posidionia Oceanica ».

Puig des Molins est une nécropole punique utilisée par les phéniciens non loin de la vieille ville d’Ibiza. Suite aux fouilles et différents outils trouvés sur le site archéologique, ce dernier représente un patrimoine essentiel à l’humanité, car il est la source principale d’informations de l’emprise carthaginoise sur cette île.

.

Puig des Molins
Puig des Molins

A environ 10 kilomètres à l’ouest d’Eivissa, les archéologues ont découvert les restes de bâtiments en pierre édifiés par les phéniciens en 650 av J-C. Cette nécropole est un exemple d’urbanisation et de vie sociale phénicienne de l’époque. Elle constitue une source unique sur la découverte des cultures phéniciennes et carthaginoises.

Bien évidemment, le patrimoine ibicenco est un modèle naturel. La biodiversité marine est également protégée et est considérée comme un des poumons de la Méditerranée. L’UNESCO a également soumis l’ordre de préserver cette région appelée « Posidonia Oceanica ».

Architecture

Les amateurs d’agrotourisme trouveront leur bonheur dans ces petites fermes blanches qu’on appelle « des fincas ». L’architecture ibicenca se compose essentiellement de ces maisons, d’églises fortifiées, ou encore de moulins à vents. Bien évidemment avec la migration actuelle et l’essor du tourisme (cf Ibiza, sa géographie), l’architecture contemporaine prend une place de plus en plus importante sur l’île, mais le patrimoine culturel que représentente notamment les 3 architectures ci-dessous resteront emblématiques.

Les fincas

Finca

Elles sont répandues un peu partout dans les terres. Ces fincas sont véritablement d’un blanc éclatant (d’où le surnom de l’île blanche), cubiques avec un toit servant usuellement de terrasse. Ces maisons ne disposent pas de nombreuses fenêtres, du moins pour les fermes traditionnelles ; les constructions plus récentes en sont pourvues.

Les églises fortifiées

Eglise de Sant Joan

Ces églises n’ont pas pour seule vocation d’être la maison de dieu ; elles représentaient également un abri, une forteresse pour se protéger des attaques de pirates ou d’autres belligérants. Les murs y ont été blanchis à la chaux et sont très peu décorés. Les « porxada » (porche) sont très atypiques.

Nous vous conseillons de visiter l’église de Sant Antoni qui est un parfait exemple d’église fortifiée ibicenca avec quasiment aucune fenêtre et des canons installés sur le toit pour se défendre.

Les moulins à vent

Moulin à vent

Les moulins à vent étaient autrefois très importants. Certains, comme celui de Sant Antoni sont très impressionnants, de grande taille et une architecture atypique. Ils étaient utilisés autrefois à fort régime pour l’économie de l’île, et bénéficiaient des vents africains.

D’autres informations plus détaillées seront à découvrir dans notre blog.

La mode Adlib

Mode Adlib par Godet et Jane Charo Ruiz
Mode Adlib par Godet et Jane Charo Ruiz

La mode Adlib, ainsi connue sous « le style ibicenco » est née dans les années 70 avec comme but principal de faire comprendre aux femmes qu’elles sont magnifiques comme elles sont, qu’elles pouvaient s’habiller comme elles l’entendaient en fonction de leurs goûts, de leurs envies, et surtout d’aimer leur corps, sans les contraintes imposées par les créateurs « in ».

Un état d’esprit basé sur le confort et la simplicité, de racine étymologique latine « Ad Libitum » qui veut dire « librement » qui caractérise précisément cette tendance.

Au début des années 60, beaucoup d’américains et d’européens découvrent une île isolée du tourisme, un grain sauvage et tellement paisible : Ibiza ! En suivi ce mouvement hippie rendu célèbre par la princesse serbe Smilja Mihailovitch, qui a rendu cette phrase célèbre, « Habillez-vous comme il vous plaît, mais de grâce, avec goût ! »

Bien entendu, à base de coton blanc et s’adaptant aux envies de légèreté incitées par ce climat méditerranéen prononcé, cette mode artisanale est effectivement devenue célèbre et appréciée dans les décennies suivantes.

Plus d’informations à venir dans notre blog également.